Licoco rdc Pas de commentaire

COMMUNIQUE DE PRESSE: INDICE DE PERCEPTION DE LA CORRUPTION 2017 : La lutte contre la Corruption doit être la priorité du Gouvernement pour financer le développement de la RDC.

Kinshasa, le 21 Février 2018, Transparency International a rendu publique son rapport annuel concernant l’indice de perception de la corruption dans le monde. Comme chaque année, ce rapport fait la lumière sur la situation de la corruption dans le monde afin d’inciter les Etats à une meilleure gouvernance dans tous les secteurs de la vie nationale.
Le résultat de l’IPC 2017 est une fois de plus accablant pour la République Démocratique du Congo et nécessite une prise de conscience collective pour quitter la liste des pays le plus corrompu du monde.
La République démocratique du Congo occupe la 166ème place sur le 183 pays évalués avec un score de 21%. Un indicateur sérieux pour comprendre combien la corruption est importante et omniprésente dans le secteur public Congolais, en dépit des engagements des Institutions de la République à combattre les pratiques de corruption, la fraude, l’évasion fiscale, etc.
Se référant à l’IPC 2017, la RDC ne fait aucun progrès comparativement au classement de 2016, dans lequel la RDC avait obtenu le même score de 21%.
La corruption prive l’Etat congolais des ressources financières importantes. Rien que sur les affaires de fraude fiscale impliquant plusieurs sociétés privées en RDC, la LICOCO avait en son temps documenté un manque à gagner de plus d’un milliard de dollars américain en 2016.
Une somme colossale qui aurait pu être investi dans des projets sociaux de base comme la construction des routes, des écoles, des hôpitaux, l’amélioration de l’accès à l’énergie ainsi que dans le secteur agricole.
Il est pratiquement impossible aujourd’hui de parler d’émergence sans au préalable mettre en place des mécanismes efficaces et dissuasif de lutte contre la corruption, car la question du développement est indéniablement liée à la transparence et à la bonne gouvernance.
Cependant, l’urgence s’impose pour arrêter la banalisation de la corruption qui provoque des graves conséquences économiques et sociales au profit des groupes d’intérêts (le cas du projet du parc Agro-industriel de Bukanga lonzo près de 150 millions de dollars américains a profité aux hommes politiques et responsables Sud africains au détriment des communautés).
Il importe au Chef de l’Etat à travers le bureau de Son Conseiller Spécial en charge de lutte contre la corruption ou au Ministère de la Justice de se servir de ce rapport de l’IPC 2017 pour initier des réformes systémiques approfondies afin de renforcer l’arsenal juridique Congolais pour pouvoir combattre ce fléau.
Au niveau national, plusieurs citoyens sont d’avis que les actions de poursuites judiciaires à l’encontre des présumés auteurs des actes de corruption initiées en 2017 par le Conseiller spécial du chef de l’Etat en charge de lutte contre la corruption pouvaient induire des changements positifs de comportements dans les chefs des gestionnaires des affaires publiques et ceux du secteur privé.
Malheureusement ces cas de dénonciations de corruption n’ont pas du tout bénéficiés d’un soutien politique de grande ampleur de la part du Président de la République, moins encore du Ministre de la Justice et du Procureur Général de la République.
Cette image écorchée de notre pays sur la question de corruption doit pousser le Procureur Général de la République à prendre ses responsabilités pour ouvrir les enquêtes des différentes affaires de corruption restées sans suite.
C’est notamment les cas (du Dossier FPI, de l’Affaire Passeport biométrie, Projet Agro-industriel de Bukanga-lonzo, Dossier BGFI Bank, Dossier Gécamines, Dossier Fibre Optique, Dossier Go-Pass de la RVA, Dossier BIAC, etc.).
La LICOCO demande au Gouvernement de la République de fournir des efforts pour lutter contre la corruption afin d’attirer les investisseurs privés qui pourront contribuer au développement du pays.
Pour la LICOCO
Ernest Mpararo

Ci  dessous le classement complet de l’IPC 2017.

Country ISO3 Region CPI Score 2017 Rank standard error Lower CI Upper CI number of sources
New Zealand NZL AP 89 1 2,4 85 93 8
Denmark DNK WE/EU 88 2 2,75 83 93 8
Finland FIN WE/EU 85 3 2,84 80 90 8
Norway NOR WE/EU 85 3 1,83 82 88 8
Switzerland CHE WE/EU 85 3 1,71 82 88 7
Singapore SGP AP 84 6 2,26 80 88 9
Sweden SWE WE/EU 84 6 2,27 80 88 8
Canada CAN AME 82 8 1,49 80 84 8
Luxembourg LUX WE/EU 82 8 2,08 79 85 6
Netherlands NLD WE/EU 82 8 2,23 78 86 8
United Kingdom GBR WE/EU 82 8 1,7 79 85 8
Germany DEU WE/EU 81 12 1,87 78 84 8
Australia AUS AP 77 13 1,4 75 79 9
Hong Kong HKG AP 77 13 2,37 73 81 7
Iceland ISL WE/EU 77 13 4,38 70 84 7
Austria AUT WE/EU 75 16 1,17 73 77 8
Belgium BEL WE/EU 75 16 1,63 72 78 8
United States of America USA AME 75 16 3,24 70 80 9
Ireland IRL WE/EU 74 19 3,68 68 80 7
Japan JPN AP 73 20 2,66 69 77 9
Estonia EST WE/EU 71 21 2,21 67 75 10
United Arab Emirates ARE MENA 71 21 6,26 61 81 7
France FRA WE/EU 70 23 1,36 68 72 8
Uruguay URY AME 70 23 2,67 66 74 7
Barbados BRB AME 68 25 3,24 63 73 3
Bhutan BTN AP 67 26 1,83 64 70 5
Chile CHL AME 67 26 2,03 64 70 9
Bahamas BHS AME 65 28 5,39 56 74 3
Portugal PRT WE/EU 63 29 2,56 59 67 8
Qatar QAT MENA 63 29 7,5 51 75 7
Taiwan TWN AP 63 29 3,28 58 68 8
Brunei Darussalam BRN AP 62 32 8,72 48 76 3
Israel ISR MENA 62 32 2,19 58 66 7
Botswana BWA SSA 61 34 2,74 57 65 7
Slovenia SVN WE/EU 61 34 2,78 56 66 10
Poland POL WE/EU 60 36 1,36 58 62 10
Seychelles SYC SSA 60 36 8,32 46 74 4
Costa Rica CRI AME 59 38 2,98 54 64 7
Lithuania LTU WE/EU 59 38 2,21 55 63 9
Latvia LVA WE/EU 58 40 3,21 53 63 9
Saint Vincent and the Grenadines VCT AME 58 40 3,39 52 64 3
Cyprus CYP WE/EU 57 42 3,78 51 63 7
Czech Republic CZE WE/EU 57 42 1,98 54 60 10
Dominica DMA AME 57 42 2,55 53 61 3
Spain ESP WE/EU 57 42 3,78 51 63 8
Georgia GEO ECA 56 46 3,1 51 61 6
Malta MLT WE/EU 56 46 1,18 54 58 5
Cabo Verde CPV SSA 55 48 4,19 48 62 4
Rwanda RWA SSA 55 48 6 45 65 6
Saint Lucia LCA AME 55 48 4,27 48 62 3
Korea, South KOR AP 54 51 2,24 50 58 10
Grenada GRD AME 52 52 3 47 57 3
Namibia NAM SSA 51 53 3,22 46 56 6
Italy ITA WE/EU 50 54 3,72 44 56 8
Mauritius MUS SSA 50 54 4,41 43 57 5
Slovakia SVK WE/EU 50 54 3,32 45 55 9
Croatia HRV WE/EU 49 57 2,64 45 53 10
Saudi Arabia SAU MENA 49 57 6,14 39 59 7
Greece GRC WE/EU 48 59 2,98 43 53 8
Jordan JOR MENA 48 59 2,99 43 53 8
Romania ROU WE/EU 48 59 3,12 43 53 10
Cuba CUB AME 47 62 2,36 43 51 5
Malaysia MYS AP 47 62 2,67 43 51 9
Montenegro MNE ECA 46 64 2,45 42 50 5
Sao Tome and Principe STP SSA 46 64 5,21 37 55 4
Hungary HUN WE/EU 45 66 2,89 40 50 10
Senegal SEN SSA 45 66 2,52 41 49 9
Belarus BLR ECA 44 68 4,12 37 51 7
Jamaica JAM AME 44 68 3,96 37 51 7
Oman OMN MENA 44 68 7 33 55 5
Bulgaria BGR WE/EU 43 71 2,66 39 47 10
South Africa ZAF SSA 43 71 3,98 36 50 8
Vanuatu VUT AP 43 71 3,93 37 49 3
Burkina Faso BFA SSA 42 74 2,18 38 46 7
Lesotho LSO SSA 42 74 4,08 35 49 6
Tunisia TUN MENA 42 74 3,73 36 48 7
China CHN AP 41 77 1,96 38 44 9
Serbia SRB ECA 41 77 2,8 36 46 8
Suriname SUR AME 41 77 4,08 34 48 4
Trinidad and Tobago TTO AME 41 77 5,47 32 50 6
Ghana GHA SSA 40 81 2,56 36 44 9
India IND AP 40 81 2,16 36 44 9
Morocco MAR MENA 40 81 2,6 36 44 7
Turkey TUR ECA 40 81 1,8 37 43 8
Argentina ARG AME 39 85 2,92 34 44 8
Benin BEN SSA 39 85 4,17 32 46 6
Kosovo KSV ECA 39 85 2,13 36 42 5
Kuwait KWT MENA 39 85 2,47 35 43 6
Solomon Islands SLB AP 39 85 3,71 33 45 3
Swaziland SWZ SSA 39 85 5,81 29 49 3
Albania ALB ECA 38 91 1,81 35 41 8
Bosnia and Herzegovina BIH ECA 38 91 2,56 34 42 7
Guyana GUY AME 38 91 1,84 35 41 5
Sri Lanka LKA AP 38 91 1,82 35 41 7
Timor-Leste TLS AP 38 91 7,5 26 50 3
Brazil BRA AME 37 96 4,24 30 44 8
Colombia COL AME 37 96 2,77 32 42 8
Indonesia IDN AP 37 96 3,12 32 42 9
Panama PAN AME 37 96 1,79 34 40 7
Peru PER AME 37 96 3,35 32 42 8
Thailand THA AP 37 96 2,03 34 40 9
Zambia ZMB SSA 37 96 2,46 33 41 9
Bahrain BHR MENA 36 103 1,81 33 39 4
Côte D’Ivoire CIV SSA 36 103 2,03 33 39 8
Mongolia MNG AP 36 103 1,4 34 38 9
Tanzania TZA SSA 36 103 1,55 33 39 9
Armenia ARM ECA 35 107 3,79 29 41 6
Ethiopia ETH SSA 35 107 1,36 33 37 9
Macedonia MKD ECA 35 107 4,49 28 42 6
Vietnam VNM AP 35 107 2,78 30 40 8
Philippines PHL AP 34 111 1,9 31 37 9
Algeria DZA MENA 33 112 2,32 29 37 6
Bolivia BOL AME 33 112 2,98 28 38 6
El Salvador SLV AME 33 112 3,25 28 38 7
Maldives MDV AP 33 112 1,71 30 36 3
Niger NER SSA 33 112 3,27 28 38 6
Ecuador ECU AME 32 117 2,66 28 36 7
Egypt EGY MENA 32 117 4,04 25 39 7
Gabon GAB SSA 32 117 3,22 27 37 4
Pakistan PAK AP 32 117 2,11 29 35 8
Togo TGO SSA 32 117 3,29 27 37 6
Azerbaijan AZE ECA 31 122 5,64 22 40 7
Djibouti DJI SSA 31 122 5,32 22 40 4
Kazakhstan KAZ ECA 31 122 3,59 25 37 9
Liberia LBR SSA 31 122 3,24 26 36 8
Malawi MWI SSA 31 122 1,85 28 34 9
Mali MLI SSA 31 122 2,08 28 34 7
Nepal NPL AP 31 122 2 28 34 6
Moldova MDA ECA 31 122 1,54 28 34 9
Gambia GMB SSA 30 130 6,22 20 40 6
Iran IRN MENA 30 130 3,51 24 36 7
Myanmar MMR AP 30 130 3,91 24 36 7
Sierra Leone SLE SSA 30 130 1,95 27 33 9
Ukraine UKR ECA 30 130 2,27 26 34 9
Dominican Republic DOM AME 29 135 2,56 25 33 7
Honduras HND AME 29 135 2,32 25 33 8
Kyrgyzstan KGZ ECA 29 135 2,59 25 33 7
Laos LAO AP 29 135 5,89 19 39 5
Mexico MEX AME 29 135 1,69 26 32 9
Papua New Guinea PNG AP 29 135 2,55 25 33 6
Paraguay PRY AME 29 135 3,1 24 34 6
Russia RUS ECA 29 135 2,5 25 33 9
Bangladesh BGD AP 28 143 3,19 23 33 8
Guatemala GTM AME 28 143 2,19 24 32 7
Kenya KEN SSA 28 143 1,94 25 31 9
Lebanon LBN MENA 28 143 2,11 25 31 7
Mauritania MRT SSA 28 143 2,41 24 32 6
Comoros COM SSA 27 148 8,87 12 42 4
Guinea GIN SSA 27 148 2,37 23 31 7
Nigeria NGA SSA 27 148 1,97 24 30 9
Nicaragua NIC AME 26 151 1,29 24 28 8
Uganda UGA SSA 26 151 2,11 23 29 9
Cameroon CMR SSA 25 153 2,58 21 29 9
Mozambique MOZ SSA 25 153 2,87 20 30 8
Madagascar MDG SSA 24 155 2,72 20 28 8
Central African Republic CAF SSA 23 156 3,28 18 28 5
Burundi BDI SSA 22 157 3,29 17 27 6
Haiti HTI AME 22 157 2,05 19 25 6
Uzbekistan UZB ECA 22 157 2,11 19 25 7
Zimbabwe ZWE SSA 22 157 2,22 18 26 9
Cambodia KHM AP 21 161 2,43 17 25 8
Congo COG SSA 21 161 1,08 19 23 6
Democratic Republic of the Congo COD SSA 21 161 1,96 18 24 8
Tajikistan TJK ECA 21 161 2,36 17 25 5
Chad TCD SSA 20 165 2,73 16 24 6
Eritrea ERI SSA 20 165 5,74 11 29 5
Angola AGO SSA 19 167 1,28 17 21 5
Turkmenistan TKM ECA 19 167 1,78 16 22 5
Iraq IRQ MENA 18 169 2,47 14 22 5
Venezuela VEN AME 18 169 1,6 15 21 8
Korea, North PRK AP 17 171 4,18 10 24 4
Equatorial Guinea GNQ SSA 17 171 3,56 11 23 3
Guinea Bissau GNB SSA 17 171 1,7 14 20 5
Libya LBY MENA 17 171 3,05 12 22 5
Sudan SDN SSA 16 175 2,31 12 20 7
Yemen YEM MENA 16 175 1,85 13 19 7
Afghanistan AFG AP 15 177 1,39 13 17 5
Syria SYR MENA 14 178 1,93 11 17 5
South Sudan SSD SSA 12 179 1,56 9 15 5
Somalia SOM SSA 9 180 2,26 5 13 5
Licoco rdc Pas de commentaire

Communiqué: Déclaration DES OSC ENGAGEES DANS LA MISE EN OEUVRE DE L’ ITIE EN RDC

DÉCLARATION  DES OSC  ENGAGÉES DANS LA  MISE EN OEUVRE DE  L’ITIE EN RDC SUR  LE RAPPORT D’AUDIT DU SECRÉTARIAT TECHNIQUE

DE L’INTRODUCTION

Suite aux multiples défis rencontrés dans la mise en oeuvre du processus lTlE en RDC et à la demande des parties prenantes, une commission d ‘audit a été mises sur pied par le Comité Exécutif. Cette commission , composée de six membres délégués par les trois composantes en raison de deux délégués par composante,avait pour mission de procéder à I’audit opérationnel et financier du Secrétariat technique de I’lTlE/RDC.
Le cabinet d’audit a rendu son rapport à la commission d’audit qui à son tour I’a soumis au comité Exécutif pour analyse et décision.
Le retard observé dans l’examen du rapport de la commission a suscité beaucoup d’interrogations et réactions des acteurs engagés dans la mise en œuvre d e l’lTlE. Ce qui a poussé la Société Civile à les  examiner et rendre publique la présente déclaration.

ll. DE L’AUDIT DU SECRÉTARIAT A ÉTÉ TECHNIQUE DE L’ITIE ET DES DIFFÉRENTES RÉACTIONS

1. Des constats du Cabinet d’audit
Au terme de sa mission, I’auditeur indépendant a émis des réserves et des recommandations. ll a relevé les constats ci-après : – Du point de vue de la revue opérationnelle: le recrutement irrationnel du personnel sans considération des besoins des compétences correspondantes aux tâches à accomplir ; le recrutement sans autorisation du Comité Exécutif ; le mangue de transparence dans le recrutement du personnel, I’absence d’évaluation du personnel, etc. – Du point de vue de la gestion financière : I’absence des pièces justificatives pour la somme de 217. 052 $ US, les dépenses de frais de mission de I’ordre de 176.739 $US non accompagnées des ordres et rapports de mission ; – Du point de vue de la gestion des immobilisation:s I’absence de procédures de gestion e t suivi des mobilisations du secrétariat technique, la mise à disposition des biens achetés pour les antennes lTlE en province sans accord ni autorisation du Comité Exécutif,… ; – Du point de vue de la procédure des achats: I’absence de la transparence et conflit d’intérêts.
III. DE LA LECTURE ET DE L ‘OBSERVATIONS DE IA SOCIÉTÉ CIVILE

1. Du Rapport d’audit et de la Commission d’audit
La société civile déplore le climat de tension  et de méfiance  entretenu lors de la mission d’audit. Elle  exprime toute sa préoccupation eu égard aux circonstances qui ont entouré le dit audit.
Elle relève à cet effet que, I’audit d’une institution en charge de la promotion de la transparence devant être aussi transparent que possible, ne devrait pas susciter autant de passion pour justifier les tensions, oppositions et discussions engagées qui ont retardés inutilement I’exécution de la mission prévue pour dix jours jusqu’à plus de cinq mois.
En outre, la Société Civile s’indigne de I’inaction et du retard du Comité Exécutif à examiner le résultat de I’audit, à s’approprier les recommandations de I’auditeur pour leur mise en oeuvre afin d’assainir et améliorer la gestion du processus lTlE en RDC , à établir les responsabilités et à prendre les sanctions qui s’imposent.
La société civile estime qu’il est plus qu’urgent pour que le Groupe Multipartite de la RDC adopte des mesures correctives et des reformes devant relancer et soutenir le processus de la mise en oeuvre d e l’lTIE.
2. Des rapports entre acteurs de la mise en oeuvre du processus lTlE en RDC et du respect des textes.
La société civile constate qu’un climat malsain règne entre le Coordonnateur National et certains membres du Groupe Multipartite et certains partenaires et en dépit des progrès accomplis dans la mise en oeuvre de l’lTlE en RDC.
ll y a lieu de rappeler que tous les acteurs doivent privilégier et mettre au centre I ‘intérêt de la mise en oeuvre de l’lTlE en entretenant un climat de confiance mutuelle. La méfiance entre acteurs n’est pas de nature à favoriser n i ce climat ni une bonne mise en oeuvre.
Relativement à la qualité de membre ou observateur au Groupe Multipartite, il y a lieu d’appliquer scrupuleusement les textes en vigueur sur l’lTlE en attendant leur révision. A cet effet, le Comité Exécutif ayant la charge de la mise en oeuvre du processus en RDC est appelé à servir de modèle de gouvernance en se conformant  scrupuleusement à la norme lTlE et aux textes qui la régissent.

3. Des recrutements au Secrétariat Technique.
Le recrutement au secrétariat technique doit être subordonné au besoin du fonctionnement et obtenir I’aval du Comité Exécutif conformément à un organigramme préalablement adopté.
La Société Civile demande au Comité Exécutif de mettre fin aux recrutements des .membres des familles et proches au sein du Secrétariat Technique en violation des procédures de transparence.

4. Du faible engagement de la composante Gouvernement.
La Société Civile constate que [a partie Gouvernement est la partie prenante [a plus représentée au Comité Exécutif avec 7 membres. Ces membres ne sont pas tous très impliqués dans le suivi des décisions prises par le Comité Exécutif. Ce qui laisse le champ libre au Secrétariat Technique de l’lTlE qui s’arroge diverses initiatives en dehors du plan du travail adopté. A titre illustratif, le projet du décret  portant organisation de I’lTlE en RDC n’est toujours pas signé malgré que la composante Gouvernement soit majoritaire au sein du Groupe Multipartite.
Les réunions du Comité Exécutif sont devenues irrégulières et beaucoup d’activités sont improvisées à cause de I’indisponibilité des ministres.
La société Civile estime pour I’efficacité de la mise en oeuvre du processus, d’impliquer les responsables et les techniciens des régies financières et des administrations publiques à même d ‘assurer un suivi.

Iv. DE LA CONCLUSION:
La Société Civile considère que le processus lTlE a enregistré des progrès significatifs malgré quelques défis à relever.
Pour l’intérêt du processus, les membres du Comité Exécutif doivent s’engager au rétablissement de la confiance entre acteurs,et le Coordonnateur national doit fournir des efforts pour améliorer ses relations avec tous les acteurs de la mise en œuvre de l’TÏE.
Il est plus qu’urgent :
– Que les mesures correctives soient prises conformément aux recommandations de I’auditeur et du Secrétariat international de I’lTIE ; – Que des reformes structurelles soient engagées et que le respect des textes en vigueurs oit de mise.
Fait à Kinshasa le, 14 août 2o17
Les organisations ci-après :

Les organisations ci-après :
1. SARW

2; FEJE

3. LICOCO

4. OCEAN

5. CENADEP

6.PWYPIRDE

7.CEPAS

8.CEPECO

9. ACIDEH

10. CERN/ CENCO

Licoco rdc Pas de commentaire

Communiqué de presse: Avis de recrutement.

Poste : Coordonateur Projet REDD+ et Forêts
Département : Programmes

Organisation : LICOCO RDC
Lieu affectation: Kinshasa

Date de publication: 03 Juillet 2017

  1. Présentation Générale

La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption a été créée en 2002. Elle a été reconnue officiellement le 08 juin 2005 suivant la lettre N°JUST.GS/SG/20/653/2005 du Directeur chef des services  cultes et associations  du Ministère de la Justice et garde des sceaux. Elle a obtenu sa personnalité juridique conformément à l’Arrêté ministériel N°385/CAN/MIN/J&DH/2011 du 15 août 2011 du Ministre de la Justice et droits Humains. La vision de la LICOCO est qu’un jour le Congo devienne un Etat de droit où toutes formes de corruption sont bannies et toutes les règles de lois sont respectées, tous les détourneurs sont poursuivis et sanctionnés conformément à la loi.

Ses Missions sont axées, notamment :

(i)Lutter la contre la corruption et l’impunité sous toutes leurs formes (mission primordiale) à travers les axes suivants :

  1. Mener des actions de suivi budgétaire (suivre l’utilisation des fonds publics à travers le budget et veiller à l’utilisation rationnelle des fonds publics) ;
  2. Dénoncer des cas de détournements et des fraudes et traduire  des dossiers auprès des cours et tribunaux ;
  3. Former d’autres acteurs (organisations) pour faire le même travail dans leurs coins respectifs ;
  4. Impliquer le secteur privé et la population dans cette lutte contre la corruption ;
  • Lutter contre l’impunité à travers la reforme des lois qui le consacrent.
  • Promouvoir la transparence dans la gestion des finances publiques et la bonne gouvernance (mission secondaire).

La LICOCO intervient enfin dans la mobilisation sociale ; le plaidoyer ; le contrôle citoyen/surveillance de la gestion et le renforcement des capacités.

Contexte du Projet

Avec l’appui de l’Agence France Développement  via Transparency International, la LICOCO a reçu un financement dans le cadre du projet « REDD + Gouvernance et intégrité financière en République Démocratique du Congo » pour une durée de 18 mois  en vue d’assurer la promotion de la gouvernance et de l’intégrité financière dans le processus REDD + en RDC.

Contexte spécifique du Projet :

Dans le cadre du projet REDD+ Gouvernance et Intégrité financière, la LICOCO procède notamment à (au) :

  • Prévenir le risque de corruption dans le processus REDD+;
  • Promouvoir la transparence et la redevabilité
  • Appeler les Citoyens à s’approprier du processus REDD+ et une grande participation dans sa mise en œuvre ;
  • Mener des actions de suivi des flux financiers alloués au processus REDD+ ;
  • Appuyer les citoyens à accéder aux informations (particulièrement les flux financiers) sur la mise en œuvre du processus REDD+ en RDC ;
  • Dénoncer les pratiques de corruption dans la mise en œuvre de la REDD

Tâches du Coordonnateur REDD+ :

Sous la supervision  directe  du Secrétaire Exécutif, le Chargé des programmes aura les responsabilités ci-après :

  • Assurer la formation des OSC locales sur le monitoring et suivi des fonds alloués aux projets REDD+ dans la province de Mai-Ndombe ;
  • Organiser les activités de plaidoyers pour la transparence et l’intégrité dans le processus REDD+;
  • Organiser les activités de formation et études sur la gouvernance climatique ;
  • Organiser et assurer le suivi des activités de monitoring des fonds financiers alloués au projet REDD par l’observation Indépendante non mandatée
  • Suivre les activités de gestion des plaintes venant des communautés locales et peuples autochtones
  • Mener un plaidoyer auprès des autorités administratives et politiques, ainsi que toutes les parties prenantes au processus REDD+ en RDC ;
  • Collaborer avec les organisations de la société civile pour éradiquer ce fléau et promouvoir la bonne gouvernance, l’Etat de droit et la démocratie, etc ;
  • Elaborer des rapports narratifs à soumettre aux bailleurs des fonds et aux autres parties prenantes
  • Représenter la LICOCO dans les conférences sur la Gouvernance REDD+ et les Forêts
  • Accomplir toutes les tâches lui confiées par la hiérarchie ;

Minimum expériences:

  • Le candidat doit avoir un Diplôme de Licence dans un domaine ci- dessous :

En Economie, en Science de l’Environnement, en Développement Communautaire, Sciences Sociales ou Droit ;

  • Une expérience professionnelle minimum de 5 ans dans le domaine de l’environnement, forêts et REDD+
  • Prouver d’une capacité de facilitation des ateliers de formations et de suivi des activités ;
  • Forte capacités dans la compréhension de politiques nationales en rapport avec la gouvernance climatique et la lutte contre la corruption ;
  • Prouver un leadership, une capacité en gestion de projet et planification des activités;
  • Flexibilité de voyager à l’intérieur du pays ;
  • Avoir une forte capacité en communication de masse et interpersonnelle
  • Sensibilité, adhésion aux valeurs de la LICOCO ;
  • Connaissance des langues locales (Lingala), du français et  les notions élémentaires en anglais.
  • Maitrise de l’outil informatique obligatoire

Composition du dossier et dépôt des candidatures

Les dossiers seront composés d’une lettre de motivation, et de CV actualisé avec trois personnes de référence et leurs contacts

N’envoyez pas d’autres documents SVP. Ils vous seront demandés au besoin.

Les dossiers sont à transmettre au plus tard le 18 Juillet  2017  uniquement  par E-mail à l’adresse suivante : A l’Attention de Mr le Secrétaire Exécutif de la LICOCO, sis Av Loango 14, Quartier 1, Commune de Ndjili Kinshasa-RDC ;  Email : licocordc@gmail.com- 081 60 49 837 ou 089 89 72 130  avec comme objet : Coordonateur du Projet REDD+ et Forêts

N.B : Les candidatures féminines sont vivement encouragées

 

 

Licoco rdc Pas de commentaire

AVIS DE RECRUTEMENT

TERMES DE REFERENCES
Poste : Assistant Coordonnateur CAJAC Département : Programmes Organisation : LICOCO RDC Lieu affectation : Matadi Date de publication : 01 Juin 2017
1. Présentation générale
La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption a été créée en 2002. Elle a été reconnue officiellement le 08 juin 2005 suivant la lettre N°JUST.GS/SG/20/653/2005 du Directeur chef des services cultes et associations du Ministère de la Justice et garde des sceaux. Elle a obtenu sa personnalité juridique conformément à l’Arrêté ministériel N°385/CAN/MIN/J&DH/2011 du 15 août 2011 du Ministre de la Justice et droits Humains. Sa vision ou le rêve de la LICOCO est qu’un jour le Congo devienne un Etat de droit où toutes formes de corruption sont bannies et toutes les règles de lois sont respectées, tous les détourneurs sont poursuivis et sanctionnés conformément à la loi. Ses Missions sont axées, notamment : (i) Lutter contre la corruption et l’impunité sous toutes leurs formes (mission primordiale) à travers les axes suivants : a. Mener des actions de suivi budgétaire (suivre l’utilisation des fonds publics à travers le budget et veiller à l’utilisation rationnelle des fonds publics) ; b. Dénoncer des cas de détournements et des fraudes et traduire des dossiers auprès des cours et tribunaux ; c. Former d’autres acteurs (organisations) pour faire le même travail dans leurs coins respectifs ; d. Impliquer le secteur privé et la population dans cette lutte contre la corruption ; (ii) Lutter contre l’impunité à travers la reforme des lois qui le consacrent. (iii) Promouvoir la transparence dans la gestion des finances publiques et la bonne gouvernance (mission secondaire). La LICOCO intervient enfin dans la mobilisation sociale ; le plaidoyer ; le contrôle citoyen/surveillance de la gestion et le renforcement des capacités.
Contexte du Projet
Avec l’appui du Gouvernement Canadien via Transparency International, la LICOCO a reçu un financement dans le cadre du projet « IMPACT » pour une durée de 4 ans en vue de mettre en place des centres d’assistance judiciaire et d’action citoyenne (CAJAC) en RDC respectivement à N’sele et Kintambo (Kinshasa) ; Matadi (Kongo central)

Contexte spécifique du Projet :
Dans le cadre du projet IMPACT, la LICOCO procède notamment à :
 Aider les citoyens pour structurer leurs plaintes, les déposer et suivre les cas devant les instances administratives et judiciaires ;  Mener le plaidoyer pour relayer les réformes sectorielles (foncière, environnementale et forestière, politique ou juridique, aménagement du territoire, financière et budgétaire, etc)
Taches de l’Assistant Coordonateur CAJAC : Sous la responsabilité du Coordonateur CAJAC à Matadi et du Secrétaire Exécutif à Kinshasa, l’Assistant CAJAC aura la responsabilité d’appuyer le Coordonateur sur les taches ci-après :  Recevoir les clients et enregistrer leurs plaintes relatives à la corruption, fraude et autres actes de détournements ;  Conseiller les clients sur les démarches à entreprendre pour recouvrir leurs droits;  Accompagner les clients devant les instances administratives ;  Dénoncer les cas de corruption et de fraude observés ;  Mener un plaidoyer auprès des autorités administratives et politiques locales;  Collaborer avec les organisations de la société civile pour éradiquer ce fléau et promouvoir la bonne gouvernance, l’Etat de droit et la démocratie, etc ;
Minimum expériences:
 Le candidat doit avoir un Diplôme en Droit ;  Une expérience minimum de 3 ans dans les ONG  Plus au moins 3 ans d’expériences avec une expertise dans l’implémentation des activités liées à l’éducation civique, observation électorale, genre et lutte contre la corruption ;  Forte capacités dans la compréhension de politiques nationales en rapport avec la gouvernance démocratique, les droits de l’homme, la lutte contre la corruption et les relations avec les autorités locales ;  Avoir une forte capacité en communication de masse et interpersonnelle  Sensibilité, adhésion aux valeurs de la LICOCO et Transparency International ;  Connaissance des langues locales (Kikongo et Lingala), du français et les notions élémentaires en anglais.  Avoir des connaissances dans l’outil informatique (Word, Excel, Power Point)
Composition du dossier et dépôt des candidatures
Les dossiers seront composés d’une lettre de motivation, et de CV actualisé avec trois personnes de référence et leurs contacts et une copie de votre diplôme ; N’envoyez pas d’autres documents SVP. Ils vous seront demandés au besoin. Les dossiers sont à transmettre au plus tard le 06 Juin 2017 uniquement par E- mail à l’adresse suivante : licocordc@gmail.com A l’attention de Mr le Secrétaire Exécutif de la LICOCO, sis Av Loango 14, Quartier 1, Commune de N’djili Kinshasa-RDC avec comme Poste : Assistant Coordonateur CAJAC/Matadi N.B : Les candidatures féminines sont vivement encouragées

Licoco rdc Pas de commentaire

COMMUNIQUE DE PRESSE:INDICE DE PERCEPTION DE LA CORRUPTION 2016 : la RDC DOIT BRISER LE CYCLE DE L’IMPUNITE ET DE LA PAUVRETE EN LUTTANT CONTRE LA CORRUPTION

 liproco-affiche-corruption-2Kinshasa, le 25 Janvier 2017, Transparency International publie ce mercredi 25 janvier 2017 le rapport de l’Indice de Perception de la Corruption à travers le monde entier. Ce rapport montre avec beaucoup de certitudes les inégalités causées par la corruption à travers le monde.
Pour l’année 2016, la République Démocratique du Congo occupe la 156è place sur 177 pays avec 21% comme score.
Si nous comparons le score de la RDC de l’indice de perception de la corruption en 2015, il n’ya pas eu d’avancement, nous avons régressé d’ un point passant de 22 à 21 ( 21% pour 2015) , malgré le fait que le Gouvernement s’était engagé à promouvoir la gouvernance et lutter contre la corruption dans la gestion de la chose publique.
Le fait de nommer un Conseiller Spécial en Charge de la lutte contre la corruption au Bureau du chef de l’Etat n’a pas eu d’impact positif sur les résultats de l’IPC 2016, estime un expert en gouvernance que la LICOCO a interrogé.
La Ligue Congolaise de Lutte contre la Corruption , LICOCO en sigle, estime que les résultats de l’IPC 2016 doivent être pris avec beaucoup d’importance par les autorités de la République Démocratique du Congo et plus particulièrement le Président de la République étant donné qu’ ils ont des conséquences sur les investissements extérieurs en RDC, sur la stabilité politique et le développement durable du pays.
Comme vous le savez, les pays ayant une bonne gouvernance attirent beaucoup d’investisseurs étrangers et cela accroit la croissance d’un Etat.
En 2016, la RDC a attiré beaucoup d’attention au niveau national et international sur plusieurs cas de corruption (Dossier BGFI Bank, Dossier FPI, Dossier Gécamines, Panama Pampers, Dossier Fibre Optique, Dossier RVA, Dossier BIAC, etc) mais cela n’a pas attiré une grande attention de la part du Gouvernement de la RDC et des autorités judiciaires.
Les autorités de la RDC doivent briser ce cycle d’impunité pour atteindre les objectifs de développement durable estime le Président du Conseil d’Administration de la LICOCO.
Au niveau de l’Afrique Centrale, les résultats de l’IPC 2016 donne une moyenne de 20 à 25% comme score ce qui confirme le degré élevé de la corruption dans cette région avec comme conséquence les grandes
inégalités sur le plan social, des instabilités politiques et la pauvreté élevé dans cette région.
La LICOCO demande urgemment aux hommes politiques de la RDC et de la région de l’Afrique Centrale de mettre en place un mécanisme efficace de bonne gouvernance, de promouvoir la culture de transparence dans la gestion de la chose publique pour sortir des inégalités ci – précitées.
La LICOCO exhorte le Chef de l’Etat à s’impliquer personnellement à travers le Bureau de son Conseiller Spécial en matière de lutte contre la corruption pour renforcer son action et aider ses services à collaborer étroitement avec d’autres services de l’Etat afin de combattre la corruption en RDC.
La LICOCO invite à une large coalition de la société civile contre la corruption pour faire pression à la classe dirigeante à procéder urgemment aux réformes administratives et judiciaires importantes pour briser le cycle de la corruption et de l’impunité en RDC.
La LICOCO appel aux députés et Sénateurs à consacrer leurs efforts pour voter des lois qui renforcent la lutte contre la corruption et protègent les dénonciateurs des pratiques de corruption.
La LICOCO appel à la mobilisation générale des citoyens à dénoncer les pratiques de corruption à travers les bureaux CAJAC, Centres d’Assistances Juridiques et d’Actions Citoyennes, ouvert dans la Ville de Kinshasa, à Matadi et à Inongo.
Licoco

Licoco rdc Pas de commentaire

AVIS DE MANIFESTATION D’INTERET

Termes de références pour le recrutement d’un consultant pour mener une

étude sur l’impact de la corruption sur les femmes en RDC

 

liproco-affiche-corruption-2Poste : Consultant
Département : Programmes

Durée : 2 mois

Lieu affectation: Kinshasa

Date de publication: 05 janvier 2016

  1. Présentation générale

La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption a été créée en 2002. Elle a été reconnue officiellement le 08 juin 2005 suivant la lettre N°JUST.GS/SG/20/653/2005 du Directeur chef des services  cultes et associations  du Ministère de la Justice et garde des sceaux. Elle a obtenu sa personnalité juridique conformément à l’Arrêté ministériel N°385/CAN/MIN/J&DH/2011 du 15 août 2011 du Ministre de la Justice et droits Humains. Sa vision ou le rêve de la LICOCO est qu’un jour le Congo devienne un Etat de droit où toutes formes de corruption sont bannies et toutes les règles de lois sont respectées, tous les détourneurs sont poursuivis et sanctionnés conformément à la loi. Ses Missions sont axées, notamment :

(i)Lutter la contre la corruption et l’impunité sous toutes leurs formes (mission primordiale) à travers les axes suivants :

  1. Mener des actions de suivi budgétaire (suivre l’utilisation des fonds publics à travers le budget et veiller à l’utilisation rationnelle des fonds publics) ;
  2. Dénoncer des cas de détournements et des fraudes et traduire  des dossiers auprès des cours et tribunaux ;
  3. Former d’autres acteurs (organisations) pour faire le même travail dans leurs coins respectifs ;
  4. Impliquer le secteur privé et la population dans cette lutte contre la corruption ;
  • Lutter contre l’impunité à travers la reforme des lois qui le consacrent.
  • Promouvoir la transparence dans la gestion des finances publiques et la bonne gouvernance (mission secondaire).

La LICOCO intervient enfin dans la mobilisation sociale ; le plaidoyer ; le contrôle citoyen/surveillance de la gestion et le renforcement des capacités.

 

Contexte du Projet

Avec l’appui du Gouvernement Canadien via Transparency International, la LICOCO a reçu un financement dans le cadre du projet « IMPACT » pour une durée de 4 ans en vue de mettre en place des centres d’assistance judiciaire et d’action citoyenne  en RDC respectivement à N’sele et Kintambo (Kinshasa) ; Matadi (Kongo central) et Inongo (Mai Ndombe).

Dans ce cadre, la LICOCO a besoin d’évaluer l’impact de la corruption sur les femmes en RDC.

 

Taches du Consultant:

Sous la responsabilité directe du Chargé des programmes LICOCO RDC, et du Secrétaire Exécutif, le Consultant aura les responsabilités ci-après :

  • Identifier et lister les faits de corruption qui impactent les femmes ;
  • Evaluer les coûts sociaux et économiques de ces pratiques de corruption sur les femmes en RDC ;
  • Etablir un échantillonnage de groupe des femmes qui pourra être interrogé,
  • Etablir un questionnaire qui sera utilisé par le consultant pour mener l’étude,
  • Présenter le questionnaire à la LICOCO pour sa validation,
  • Consulter les parties prenantes notamment les ONGs, les institutions publiques et les partenaires au développement pour recueillir leurs avis et considérations ;
  • Formuler des recommandations pour amorcer un changement social  et des mentalités;
  • Présenter les résultats de cette étude au cours d’un atelier, etc ;

Minimum expériences:

  • Le candidat doit avoir un Diplôme de Licence en Développement Communautaire, Mobilisation sociale, Economie, Sciences Sociales ou Droit ;
  • Une expérience minimum de 3 ans démontrable dans les études similaires ;
  • Plus au moins 3 ans d’expériences démontrables avec une expertise dans l’implémentation des activités liées à l’éducation civique, observation électorale, genre et lutte contre la corruption ;
  • Prouver d’une capacité d’animation d’ateliers de formations et de suivi des activités ;
  • Forte capacités dans la compréhension de politiques nationales en rapport avec le genre et la lutte contre la corruption et les relations avec les autorités locales ;
  • Avoir une forte capacité en communication de masse et interpersonnelle
  • Sensibilité, adhésion aux valeurs de la LICOCO et Transparency International ;
  • Connaissance des langues locales (Lingala), du français et  les notions élémentaires en anglais.

Composition du dossier et dépôt des candidatures

Les dossiers seront composés d’une lettre de motivation, d’une note méthodologique et d’un CV actualisé avec trois personnes de référence et leurs contacts ;  N’envoyez pas d’autres documents SVP. Ils vous seront demandés au besoin.

Les dossiers sont à transmettre au plus tard le 20 janvier 2017  uniquement  par E-mail à l’adresse suivante : A l’attention de Mr le Secrétaire Exécutif de la LICOCO, sis Av Loango 14, Quartier 1, Commune de Ndjili Kinshasa-RDC ;  Email : licocordc@gmail.com- 081 60 49 837 ou 089 89 72 130  avec comme objet : Consultant

N.B : Les candidatures féminines sont vivement encouragées

 

 

Licoco rdc Pas de commentaire

AVIS DE RECRUTEMENT

liproco-affiche-corruption-2Termes de références

Poste : Coordonnateur CAJAC
Département : Programmes

Organisation : LICOCO RDC
Lieu affectation: Inongo

Date de publication: 05 janvier 2016

  1. Présentation générale

La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption a été créée en 2002. Elle a été reconnue officiellement le 08 juin 2005 suivant la lettre N°JUST.GS/SG/20/653/2005 du Directeur chef des services  cultes et associations  du Ministère de la Justice et garde des sceaux. Elle a obtenu sa personnalité juridique conformément à l’Arrêté ministériel N°385/CAN/MIN/J&DH/2011 du 15 août 2011 du Ministre de la Justice et droits Humains. Sa vision ou le rêve de la LICOCO est qu’un jour le Congo devienne un Etat de droit où toutes formes de corruption sont bannies et toutes les règles de lois sont respectées, tous les détourneurs sont poursuivis et sanctionnés conformément à la loi. Ses Missions sont axées, notamment :

(i)Lutter contre la corruption et l’impunité sous toutes leurs formes (mission primordiale) à travers les axes suivants :

  1. Mener des actions de suivi budgétaire (suivre l’utilisation des fonds publics à travers le budget et veiller à l’utilisation rationnelle des fonds publics) ;
  2. Dénoncer des cas de détournements et des fraudes et traduire  des dossiers auprès des cours et tribunaux ;
  3. Former d’autres acteurs (organisations) pour faire le même travail dans leurs coins respectifs ;
  4. Impliquer le secteur privé et la population dans cette lutte contre la corruption ;
  • Lutter contre l’impunité à travers la reforme des lois qui le consacrent.
  • Promouvoir la transparence dans la gestion des finances publiques et la bonne gouvernance (mission secondaire).

La LICOCO intervient enfin dans la mobilisation sociale ; le plaidoyer ; le contrôle citoyen/surveillance de la gestion et le renforcement des capacités.

Contexte du Projet

Avec l’appui du Gouvernement Canadien via Transparency International, la LICOCO a reçu un financement dans le cadre du projet « IMPACT » pour une durée de 4 ans en vue de mettre en place des centres d’assistance juridique et d’action citoyenne  en RDC respectivement à N’sele et Kintambo (Kinshasa) ; Matadi (Kongo central) et Inongo (Kongo-central). 

Contexte spécifique du Projet :

Dans le cadre du projet IMPACT, la LICOCO procède notamment à (au) :

  • Aider les citoyens pour structurer leur plainte, la déposer et suivre les cas devant les instances judiciaires ;
  • Travail de plaidoyer pour relayer les réformes sectorielles (foncière, environnementale et forestière, politique ou juridique,
  • aménagement du territoire, financière et budgétaire, etc)

La logique derrière les CAJAC:

  • Lutter contre la corruption plus efficacement si les citoyens sont impliqués

(le travail contre la corruption n’est pas limité aux seuls “experts”) ;

  • Impliquer directement les citoyens permet également de mieux

comprendre le fonctionnement de la corruption et son impact réel sur la vie des gens (ce qui n’est pas toujours clair à partir des sondages) ;

  • Refléter l’expérience réelle des individus renforce la légitimité du travail de

Plaidoyer :

Les types de cas traités par les CAJAC diffèrent énormément:

  • De la petite corruption (par exemple la délivrance d’autorisations pour des

petites entreprises) à la grande corruption (des centaines de millions de dollars dans les cas de passation de marchés) ;Multi sectoriels (foncier, forestier, REDD+, commerce, santé, éducation, infrastructures, douanes et impôts, etc)

Les clients sont:

_ Des gens vulnérables (femmes, jeunes & communautés locales et peuples autochtones)

_ Des individus, victimes des faits et actes de corruption et détournements ;

 Taches du Coordonnateur CAJAC :

Sous la responsabilité directe du Chargé des programmes LICOCO RDC, et du Secrétaire Exécutif, le Coordonnateur CAJAC aura les responsabilités ci-après :

  • Recevoir les clients et enregistrer leurs plaintes relatives à la corruption, fraude et autres actes de détournements ;
  • Conseiller les clients sur les démarches à entreprendre pour recouvrir leurs droits;
  • Assister les clients devant les instances judiciaires ;
  • Dénoncer les cas de corruption et de fraude observés ;
  • Mener un plaidoyer auprès des autorités administratives et politiques ;
  • Collaborer avec les organisations de la société civile pour éradiquer ce fléau et promouvoir la bonne gouvernance, l’Etat de droit et la démocratie, etc ;

Minimum expériences:

  • Le candidat/firme doit avoir un Diplôme de Licence en Développement Communautaire, Mobilisation sociale, Economie, Sciences Sociales ou Droit ;
  • Une expérience minimum de 3 ans démontrable dans les OSC
  • Plus au moins 3 ans d’expériences démontrables avec une expertise dans l’implémentation des activités liées à l’éducation civique, observation électorale, genre et lutte contre la corruption ;
  • Prouver d’une capacité de facilitation des ateliers de formations et de suivi des activités ;
  • Forte capacités dans la compréhension de politiques nationales en rapport avec la gouvernance démocratique, les droits de l’homme et la lutte contre la corruption et les relations avec les autorités locales ;
  • Prouver d’un leadership, d’une capacité en gestion de projet, en planification des activités;
  • Avoir une forte capacité en communication de masse et interpersonnelle
  • Sensibilité, adhésion aux valeurs de la LICOCO et Transparency International ;
  • Connaissance des langues locales (Lingala), du français et  les notions élémentaires en anglais.

Composition du dossier et dépôt des candidatures

Les dossiers seront composés d’une lettre de motivation, et de CV actualisé avec trois personnes de référence et leurs contacts ;  N’envoyez pas d’autres documents SVP. Ils vous seront demandés au besoin.

Les dossiers sont à transmettre au plus tard le 20 janvier 2017 2016 uniquement  par E-mail à l’adresse suivante : A l’attention de Mr le Secrétaire Exécutif de la LICOCO, sis Av Loango 14, Quartier 1, Commune de Ndjili Kinshasa-RDC ;  Email : licocordc@gmail.com- 081 60 49 837 ou 089 89 72 130  avec comme objet : Coordonnateur CAJAC/Inongo

N.B : Les candidatures féminines sont vivement encouragées

 

Licoco rdc Pas de commentaire

AVIS DE RECRUTEMENT

liproco-affiche-corruption-2Dans le cadre de l’exécution de son projet IMPACT-RDC, la Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption, LICOCO en sigle, cherche à recruter 1 jeune Universitaire ayant terminé les études universitaires en Droit.

  1. Localisation

Le lieu du travail sera à Matadi.

  1. Expérience

 

  • Avoir un Diplôme en Droit
  • Savoir manier l’outil informatique
  • Etre flexible, Intègre, engagé et motivé

 

  1. Composition du dossier et dépôt des candidatures

Les dossiers seront composés d’une lettre de motivation et d’un CV. Une copie de votre diplôme doit être annexée.

Les dossiers sont à transmettre au plus tard le  mercredi 07  Décembre 2016 par courrier électronique:

 

    Email : licocordc@gmail.com

    Tél : 081 60 49 837 / 089 89 72 130/ 0998138034

 

N.B :- Le candidat doit résider dans la Ville de Matadi 

        – Les Candidatures féminines seront prises en priorité

 

 

                             Fait à Kinshasa, le 23/Novembre/2016

 

Le Secrétaire Exécutif de la LICOCO

                                     Ernest MPARARO

Licoco rdc Pas de commentaire

COMMUNIQUE DE PRESSE/004/LICOCO/2016:Les Membres du Gouvernement sortant doivent respecter l’article 99 de la Constitution

liproco-affiche-corruption-2La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption, LICOCO en sigle demande aux  membres du Gouvernement sortant  de  déclarer leurs biens conformément à l’article 99 de la Constitution, eu égard aux soupçons qui pèsent sur plusieurs membres de l’exécutif sortant d’avoir acquis des biens matériels durant l’exercice de  leur fonction.

La LICOCO considère  qu’une telle déclaration des biens des membres du Gouvernement sortant à la cour constitutionnelle viendrait infirmer ou confirmer les soupçons d’enrichissement illicite qui pèsent sur plusieurs membres du Gouvernement de la RDC.

La LICOCO tient à rappeler que les anciens membres du Gouvernement Matata 1 et 2  n’ont pas respecté cette disposition légale car ils n’ont jamais déclaré leurs biens à la fin de leur fonction comme l’exige l’article 99 de la Constitution de la RDC.

Cela  est d’autant plus inquiétant étant donné que la Constitution doit être respectée à la loupe par les dirigeants qui doivent être des modèles pour les autres Congolais.

C’est pour cela que nous demandons au Chef de l’Etat de faire respecter  cette disposition légale en poursuivant en Justice les membres du Gouvernement sortant qui ne s’y conformeraient  pas.

 

 

Fait à Kinshasa, le 18 novembre 2016

Secrétaire Exécutif

Ernest MPARARO

Licoco rdc Pas de commentaire

COMMUNIQUE DE PRESSE 003/LICOCO/2016: MONSIEUR LE PROCUREUR GENERAL DE LA REPUBLIQUE : AGISSEZ CONTRE LA CORRUPTION POUR SAUVER LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

liproco-affiche-corruption-2La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption, LICOCO en sigle, exprime sa vive préoccupation de l’inaction du bureau du Procureur Général de la République face aux scandales et soupçons de corruption à répétition qui incontestablement, ternissent actuellement l’image de marque de la République Démocratique du Congo sur la scène internationale.

1) Depuis belle lurette, les organisations de la société civile tant nationales qu’internationales ainsi que de médias nationaux et internationaux dénoncent des pratiques de corruption en République Démocratique du Congo et de personnalités ou institutions impliquées dans ces pratiques sont clairement identifiées.

2) Il est inadmissible que le bureau du Procureur Général de la République demeure silencieux et inactif face à telles dénonciations sans ouvrir des enquêtes sérieuses et indépendantes en vue de faire la lumière sur ces allégations.

3) Malheureusement, il est constaté qu’aucune personne n’est poursuivie jusqu’aujourd’hui malgré les soupçons de corruption dans plusieurs affaires, notamment Panama Papers, vente des actifs de la GECAMINES, BGFI Bank, etc.

4) Cette manque de volonté du bureau du Procureur Général de la République face aux allégations de corruption a comme conséquence, la fuite des capitaux sous d’autres cieux, l’impunité des auteurs des pratiques de corruption, l’instabilité politique, la menace de la démocratie, les violations des droits de la personne et le sous-développement socio-économique de la RDC.

Par ailleurs, il y a lieu de rappeler à l’opinion nationale et internationale que d’autres dossiers de corruption sont restés dans les oubliettes et sans suite auprès du Bureau du Procureur Général de la République dont :

1. Dossier des infrastructures construites dans le cadre du contrat chinois à Kinshasa et au Katanga
Suite à la dénonciation faite par la LICOCO en 2013, le Procureur Général de la République avait ouvert un dossier judiciaire pour des investigations. 3 ans après, l’Inspecteur Judiciaire travaillant sur le dossier avait été mis en retraite et les investigations ont été clôturées. Ainsi, il est estimé actuellement à plus de 500 millions des dollars, sommes dilapidées par les gestionnaires du contrat chinois en RDC. Les ouvrages réalisés, en conséquence, dont les routes construites seraient déjà dans un état de destruction avancée dans certains coins de la capitale à Kinshasa, pour ne citer le cas.

2. Dossier Fibre optique
Dénonciation faite par un parlementaire en 2013, une commission parlementaire fut mise en place sous la Présidence du Député PALU Godefroid Mayobo, ex-Ministre d’Etat dans le gouvernement Antoine Gizenga. Les conclusions de cette commission ont été accablantes. Au bureau du Parquet Général de la République, l’on observe un silence radio. Aucune personne n’a été interpellée. Plus de 40 millions des dollars seraient partis en fumée et la fibre optique ne fonctionne pas en RDC.

3. Dossier RVA-Gestion de la taxe IDEF
Dénonciation faite par le Sénat en 2010 et une commission fut mise en place sous la conduite du Sénateur RCD Moïse Nyarugabo.
Les conclusions de cette commission furent accablantes car elles accusaient l’ancien Directeur Général de la RVA de mauvaise gestion. Des comptes bancaires pour la gestion de la taxe IDEF furent ouverts en Afrique du Sud sans que le Ministre du Portefeuille ou celui des Finances n’aient donné leurs accords.
En 2011, avec le crash de Hewa Bora à Kisangani, le Ministre de la Justice instruira le Procureur Général de la République d’ouvrir une action judiciaire sur la gestion de la taxe IDEF et de poursuivre les responsables de la RVA.
Avec l’arrivée du Conseiller Spécial du Chef de l’Etat Luzolo, le dossier a été relancé en 2016. Plusieurs tentatives d’arrestation du DG de la RVA ont été opérées sans résultats escomptés.
Du côté du Parquet Général de la République, c’est le mutisme habituel. Aucune action judiciaire n’a été ouverte par le bureau du PGR sur le dossier RVA et s’il y en a eu, la suite est un secret de polichinelle.
Or, aujourd’hui, les infrastructures aéroportuaires de la RDC sont toutes dans un état de délabrement total. Des compagnies aériennes refusent de desservir dans certaines Ville de la RDC par ce que les infrastructures ne sont pas en bon état. Or, la taxe IDEF avait été crée pour financer la réhabilitation des infrastructures aéroportuaire.

4. Dossier Fonds de Promotion de l’Industrie-FPI

Suite à l’interpellation du DG du FPI par le Député Likinda Bolom Elenge Fidèle en 2014, une Commission d’enquête parlementaire fut mise sur pied par la plénière de l’Assemblée Nationale.
La Commission a publié son rapport en 2016 et les conclusions sont lourdes d’accusations en l’endroit du DG du FPI et certains membres du Gouvernement impliqués dans l’affaire.
Plus de 140 millions de dollars circuleraient entre les mains des politiciens en termes de crédit reçu mais non remboursé. Le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en charge de la lutte contre la Corruption a tenté de faire arrêter le DG du FPI mais sans succès.
Du côté du Bureau du Procureur Général de la République, l’on enregistre un silence radio. Plusieurs Haut Magistrats du Parquet Général de la République que la LICOCO a tenté de contacter sur ce dossier ont affirmé que seul le PGR peut donner l’ordre de faire arrêter le DG de FPI.
Or, avec les 140 millions des dollars, la République pourrait bien financer la réforme de la Défense et celle de la Police Nationale, par exemple.

Dossier BIAC

Par un Communiqué officiel de la Banque Centrale du Congo, la BIAC avait été mis sous administration de la Banque Centrale du Congo en 2016. Le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo enverra une plainte auprès du PGR pour l’arrestation des anciens dirigeants de la BIAC pour détournement des fonds, fuite des capitaux et blanchiment d’argent, etc. Le Bureau du PGR a bel et bien ouvert une action judiciaire pour des investigations approfondies. Des comptes des certains anciens responsables de la BIAC ont été bloqués par le PGR. A l’heure actuelle, aucun ancien dirigeant de la BIAC n’a été arrêté alors que des griefs de détournement des deniers publics pèsent encore contre certains d’entre eux. Au niveau du Bureau du Procureur Général de la République, aucune information sur l’affaire BIAC ou sur l’état d’avancement des investigations du Parquet n’est communiquée aux 300 000 clients, titulaires des comptes bancaires. La LICOCO a tenté à plusieurs reprises d’avoir les informations sur l’avancement des investigations auprès du Bureau du PGR mais sans succès.

5. Dossier Panama Papers Publié par 100 journaux à travers le monde, le dossier Panama Papers a cité des Citoyens Congolais (Civil comme politiciens) possédant des comptes bancaires dans des pays dit « paradis fiscaux »

En RDC, le Porte Parole du Gouvernement a même menacé des journaux qui publieraient des articles sur le dossier Panama Papers. Du côté du Procureur Général de la République, habituel silence radio alors qu’il est très actif pour faire arrêter les opposants politiques, des militants pro- démocraties et des journalistes indépendants.

6. Dossier Fonds d’Investissement Américain OCH-ZIFF La Justice américaine a condamné les responsables du fonds d’investissement américain pour avoir corrompu certains officiels de la RDC afin d’acquérir des titres miniers et des droits pétroliers. Les fonds OCH-ZIFF ont payé une amende de 413 million des dollars à la Justice Américaine. Alors que l’acte de corruption est punissable dans le code pénal de la RDC, le bureau du Procureur Général de la République n’a jamais ouvert une action judiciaire pour savoir la/les personnes qui avaient été corrompu par les responsables d’OCH-ZIFF. Ainsi, l’affaire OCH-ZIFF n’intéresse pas le Procureur Général de la République mettant en cause l’indépendance de la Justice face aux pouvoirs politiques.

7. Dossier détournements des fonds à la BGFI Bank Dossier publié par le Journal le Soir en Belgique qui montre les pratiques de détournements des fonds publics citant certains responsables politiques en RDC.

Des informations importantes sont publiées et des personnes sont citées nommément. Aucune action n’est faite pour ne fut ce que mener des investigations, à titre d’illustration, sur la gestion de la CENI, la gestion de la GECAMINES et d’autres personnalités citées dans cette publication du Journal le Soir.

Des millions des dollars sont dilapidés aux yeux des autorités judiciaires sans que ces derniers ne fassent quoi que ce soit. Les exemples ci-haut donnés ne sont qu’un échantillon parmi tant d’autres dossiers dénoncés par les médias nationaux et internationaux pouvant motiver les autorités judiciaires à ouvrir des enquêtes ou des actions judiciaires contre les présumés auteurs.

Force est de constater que cela n’est pas le cas pour le bureau du Procureur Général de la République reconnu plus dans les actes d’arrestations d’opposants, des militants pro-démocraties, des ONG des droits de l’homme et des Journalistes que de poursuivre les corrompus et les corrupteurs. De tout ce qui précède et vu l’urgence, la LICOCO recommande :

A. Au Président de la République D’ordonner urgemment au Procureur Général de la République d’ouvrir des enquêtes à ce sujet et de faire arrêter pour raisons d’enquêtes, toutes les personnalités

soupçonnées et citées dans ces affaires en vue de lutter contre la corruption et promouvoir la bonne gouvernance ; B. Au Conseil Supérieur de la Magistrature De solliciter auprès de sa hiérarchie, contre toutes affaires cessantes, la suspension du Procureur Général de la République, suite aux manquements graves par rapport à ses attributions légales et morales ;

C. Aux Organisations de la société civile de la RDC De dénoncer l’inaction du bureau du Procureur Général de la République et ses services face aux actes de corruption et de détournements de deniers publics en République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 31 Octobre 2016
Pour la LICOCO Ernest Mpararo Secrétaire Exécutif.