Licoco rdc Pas de commentaire

Déjà asphyxiée, la Mecreco saignée : 9500 USD pour acheter un document de 3 USD !

Alors qu’il est aujourd’hui incapable de servir ses membres et tend petit à petit à sa liquidation malgré la présence de la Banque Centrale du Congo(BCC) dans ces installations depuis plus de cinq mois pour son redressement, mais sans aucune solution palpable, la MECRECO est en train de vivre, chaque jour qui passe, des situations loufoques les unes que les autres. L’une des dernières en date est sans doute le décaissement d’une somme faramineuse de 9500 USD afin d’acheter un simple document judiciaire populairement connu et coûtant seulement 3 USD. Cela, sous le nez et la barbe de la BCC.

En effet, la BCC dans sa mission de contrôle des institutions financières et coopératives en RDC lui reconnue par la loi numéro 002/2002 du 2 février 2002 portant dispositions applicables aux coopératives d’épargne et de crédit avait en date du 20 octobre 2016 avait placé la MECRECO et certaines autres mutuelles d’épargne et de crédit en difficulté de ce réseau sous son administration provisoire pour un délai de 45 jours.

Ainsi, l’ancien conseil d’administration de la MECRECO avait été suspendu et traduit en justice pour détournement et crimes financiers, interdit de quitter le territoire national, au moment où leurs avoirs sont saisis suivant la lettre signée par madame NDAYA qui chapeaute ladite direction des coopératives et micro finance au niveau de la BCC.

Pendant que l’instruction judiciaire est encore en cours devant le procureur général de la République, des documents internes révèlent que le comité provisoire placé à la MECRECO vient d’engager une dépense sans pareil, en décaissant la somme de 9500 USD en date du 14 novembre 2016 pour obtenir du tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe l’ordonnance de règlement préventif ordonnant la suspension des poursuites contre la MECRECO. En réalité, aucune poursuite judiciaire n’a été engagée contre ladite institution et plus grave encore, ses animateurs rapportent, sur document, que ladite somme a été demandée par le président du tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe, alors que c’est une ordonnance qui ne coûte que 3 dollars américains ou son équivalent en franc congolais. D’où, l’odeur soupçonneuse de corruption, de concussion et de détournement.

Des observateurs estiment qu’il est inconcevable que l’Institut d’émission qui soutient l’administration provisoire de cette institution pour redresser la MECRECO puisse tomber dans les travers imputés à l’ancien conseil d’administration. D’ores et déjà, des éclairages sont attendus de la part de l’administrateur juridique Dady MBOMBO wa Ngandu et son président BOPE MISHIAMEM qui doivent justifier l’utilisation de ces épargnes des pauvres citoyens congolais qui jusqu’à ce jour réclament leurs dus.

Il est temps pour que le gouverneur de la BCC prenne les choses en mains pour redresser effectivement ce réseau qui a longtemps aidé beaucoup de familles pendant plus de 15 ans, surtout à l’est du pays. Il faut donc des mesures sévères à l’endroit de ce comité qui peine toujours, après plus de cinq mois, à redresser la MECRECO. Quant aux autorités judiciaires, les épargnants les invitent à se saisir de ce cas pour sanctionner les auteurs après enquêtes et établir la responsabilité de chaque intervenant dans la descente aux enfers de cette mutuelle.

Notons, enfin, le désarroi des clients qui observent comment le comité provisoire dirigé par l’administrateur MBOMBO a transformé la salle de conférence en salle de réunion de famille et des associations sans but lucratif, alors qu’une institution financière est réputée par nature confidentielle et discrète. Il est temps que la BCC prenne ses responsabilités.

Approché en sa qualité, de l’un des avocats de la Mecreco, Me Carlos Ngwapitshi soutient n’avoir pas reçu dans son étude un dossier initié contre la Mecreco en réclamation des épargnes qu’aurait engagé les membres .

En attendant des éclairages sur des dossiers financiers, des observateurs font épingler aussi
des missions infructueuses à l’Est du pays effectuées par les administrateurs provisoires de la BCC aux frais des épargnes des membres alors que ledit comité à un représentant de la BCC bien installé à Goma, de surcroît vice president du comité; des arriérés des salaires des agents de la centrale MECRECO, soit près de trois mois sans être payés alors que les administrateurs de la BCC sont payés et perçoivent des frais des missions journaliers dont le moindre est de 100$/jour; des soldes de tout compte des agents et cadres qui ont démissionné demeurent impayés et constituent ainsi une charge de plus qui s’accumule au vu et au su du comité de la BCC; du caractère illégal et irregulier de ce comité qui fonctionne aujourd’hui sans aucun mandat, le premier étant déjà expiré car initialement prévu pour 45 jours et aujourd’hui, les administrateurs s’arrogent le pouvoir de gérer sans aucun soubassement, leur mandat n’ayant pas été renouvelé par le Gouverneur de la BCC.

Question: jusqu’à quand le plan de redressement? Quelle solution pour les membres et agents?

JK/ Jeff Kaleb

 

Licoco rdc Pas de commentaire

RDC : Soupçons de détournement de la prime des agents au Secrétariat Général des PT-NTIC !

Dans les couloirs du Secrétariat Général aux PT-NTIC, apprend-t-on des sources internes, certains agents murmurent au sujet de leurs primes de rétrocession qui serait régulièrement retranchées selon l’appréciation de Madame le secrétaire Général. La Conférence des postes et télécommunications en Afrique Centrale (COPTAC), le Réseau du satellite Africain (Rascom), le Portail Électronique du gouvernement (PEG), et le Programme intégral du développement des postes (PIDEP) sont les quatre services qui seraient concernés.

Ayant marre de subir la perception partielle de leurs primes qui se ferait sous l’œil inerte de certaines autorités, ces agents disent avoir décidé de ne plus toucher à ce qu’ils qualifient de « miettes » qui ne représentent pas le salaire d’un huissier de ce Ministère, jusqu’à ce qu’ils obtiennent l’arbitrage du Ministre des PT-NTIC, Amy Ambatobe.

« Au cas où il n’y aurait pas de solutions idoines, nous serons dans l’obligation de saisir le Chef du Gouvernement, le Premier ministre Samy Badibanga », a indiqué un agent sous couvert.

Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle clé de répartition établie par le protocole d’accord signé entre le gouvernement et des différents services d’assiettes fixant par pourcentage le plancher de la rétrocession à tous autres services au regard de leurs entrées, son effectivité pose d’énormes difficultés au Ministère des PT-NTIC où dans les structures du secrétariat général précité, les agents affirment n’avoir jamais eu accès à la totalité de leurs primes.

Pourtant, cette initiative venue du banc syndical de l’administration publique et adoptée par l’ancien Premier ministre devrait arriver non seulement à maximiser les recettes de l’État, mais aussi à renvoyer l’ascenseur aux agents qui travaillent dans ces différents ministères d’assiettes, en vue d’améliorer leur condition sociale.

Si plusieurs ministères se sont attelés à respecter cet accord en vigueur depuis 2015 dont notamment, les Ministères du portefeuille, Mines, Finances, … seul, le Ministère des PT-NTIC ferait exception.

Au Secrétariat Général, signale- t-on, une poignée des Directeurs regroupés autour de la Secrétaire Générale sont pointés du doigt. Les agents de ces quatre structures veulent voir clair et être rétablis dans leurs droits. D’où, la nécessité d’une enquête.

Zoom Eco